26/09/2013

Comment que j'suis devenu apiculteur...

IMG_9274b.jpgPour la petite histoire, vers l’âge de sept ans, il y a déjà bien longtemps, je voulais visiter les ruches du frère d’un voisin de mon grand-père qui était apiculteur dans un autre village.

Monsieur Sagot, je me rappelle encore de son nom.

Mes grands parents ont estimé cette visite trop dangereuse et m’ont donc interdit cette dernière. 

J’ai donc remonté mes culottes courtes culotte courte.jpgen me disant : « S’ils ne veulent pas que j’aille voir les abeilles, ils seront bien obligés d’accepter que j’en aie si je parviens à avoir ma propre ruche ! »

J’ai donc subrepticement piqué une grande caisse en carton dans l’appentis de mon grand père et un kilo de sucre Tirlemont dans la cuisine de ma bonne-maman.

sucre.jpgToujours en cachette, j’ai installé la caisse au fond du grand jardin de mon enfance et j’y ai pratiqué un petit trou à la base non sans y avoir introduit préalablement le sucre que je prenais pour être un bon appât.

Je suis resté un temps infini à scruter l’entrée de ma ruche ainsi improvisée mais je n’y ai vu entrer aucune abeille…

Quant au sucre, il a fait la joie de la colonie de fourmis qui avait repéré la belle source de glucose que je lui avais, à mon insu, ainsi fournie…fourmis

Malgré une fessée bien méritée, ce jour là, une passion est née, vite refoulée par le « non » implacable des adultes.

Elle est restée en dormance jusqu’à ce que je devienne moi-même une grande personne…

DSC09609b.jpgPhotographie de Mr Bouesnard. 

22:58 Publié dans Insectes, Personnes | Commentaires (4) | Tags : apiculture

13/04/2012

Flying to Nairobi

6h30, petit déjeuner.

Nous disons au revoir à Maurice et à sa grande empathie pour notre petite famille.

Comme je le disais, j'ai encore 39° ce matin mais, sans être fringant, je supporte...

Nous allons rejoindre le petit aérodrome situé à une vingtaine de kilomètres de notre camp.

Mais avant ça, nous avons une "mission"!

En route, nous croisons une de nos copines, vous savez, celles qui empêchent les honnêtes gens de dormir...

HyèneUne Hyène tachetée (Crocuta crocuta). Il me semble qu'elle a des petits yeux... Ne serait-ce pas une de celles qui ont essayé de me bouffer cette nuit? Clin d'œil

 

HyèneElle porte un émetteur. Elle est donc le sujet d'une étude sur ces animaux fascinants aux mœurs peu sympathiques. Allez, sans rancunes, hein?!

 

Nous arrivons sur les lieux de notre "mission": l'école du coin.

 

EcoleEn effet, nous avions pris avec nous une valise remplie de crayons de couleurs, gommes, crayons gris, blocs de papier, craies, etc. pour les enfants.

Quelle joie et fierté lors de la distribution! Nous ne sommes restés qu'une petite demi-heure, malheureusement pressés par l'avion que nous devions prendre, mais quelles minutes intenses!

Je tiens le coup.

 

Gnous, zèbresEn chemin, nous avons encore croisé des troupeaux, assez denses, de Gnous et de Zèbres. Impressionnante Afrique!

 

GnousArrivés à l'aérodrome, ce que je pensais et n'avais osé dire à Amandine qui a horreur de l'avion s'est avéré: en fait d'aérodrome, un petit bâtiment abritant des toilettes, quelques véhicules 4x4, une manche à air et... la brousse comme piste.

Kenyan Airways vous souhaite un bon vol!

Je tiens le coup.

AerodromeUn petit appareil monomoteur 12 places nous a donc emmenés, via une escale en brousse, à Nairobi.

Deux heures de vol.

Je tiens le coup.

Nous laissons sur place notre guide André, un autre va nous prendre en charge à Nairobi. Merci André pour ta gentillesse et ta disponibilité!

avionLe décollage et l'atterrissage sur la terre battue, c'est très impressionnant.

Heureusement, le pilote semble (mais l'air fait-il la chanson?) très aguerri...

avionLe Maasaï Mara, vu du ciel, est grandiose!

Rivière MaraLa rivière Mara

PistesNombre de pistes balafrent la terre. On comprend mieux qu'il soit interdit aux véhicules d'en sortir sauf dérogation.

Tous les petits points noirs sont des gnous...

camp massaïUn dernier village massaï reculé puis nous changeons de région tout en prenant de l'altitude...

tectonismeL'altitude permet de bien se rendre compte de la tectonique qui a marqué l'Afrique et en a fait ce qu'elle est.

avionDans les nuages...

avionNous atterrissons sans encombre à Nairobi, à l'aéroport intérieur vers midi.

Je tiens le coup.

Le véhicule qui devait venir nous y chercher est en retard.

Je tiens le coup.

Notre convoyeur a téléphoné à la bagagerie de l'aéroport pour nous rassurer et signaler qu'à cause d'un déplacement du Président, Nairobi est encore plus embouteillée que d'habitude, qu'ils arrivent.

13h00, je tiens le coup.

Nos convoyeurs arrivent. Nous devions aller dans un restaurant connu de Nairobi, "le carnivore" (ça ne s'invente pas) mais je signifie à nos guides que je n'irai pas plus loin sans avoir eu des soins.

A la question de savoir vers quel hôpital aller, j'ai répondu tel quel "le meilleur, même si c'est le plus cher!"

C'est ce que nous avons fait. Direction "The Nairobi Hospital". J'ai de la chance, il m’a été dit, de retour, que c'est un des meilleurs d'Afrique noire.

The Nairobi HospitalDe fait, à part la couleur dominante des patients, l'infrastructure ressemble exactement à celle de nos hôpitaux européens.

J'aboutis dans les urgences, flanqué de Matthieuw, l'employé de notre agence de guides qui parle excessivement bien le français. Il m'aidera très efficacement à passer les différentes barrières administratives, linguistiques et ethniques qui ne sont pas plus simples que chez nous.

Amandine, ma grande fille est restée avec moi pendant qu'Emmanuelle et Ségolène attendaient dans notre véhicule sur le parking de la clinique.

Elles y ont poireauté pendant six longues heures pendant que je me faisais faire une batterie d'examens médicaux…

The Nairobi Hospital…Et perfuser un antipyrétique.

Les résultats sont rassurants: mon infection urinaire n'a pas répondu à mes antibiotiques.

Il faut en changer.

Si pas d'amélioration d'ici demain, rapatriement. Sinon, on continue...

The Nairobi Hospital19h00... il est maintenant trop tard que pour aller au parc d'Ambosseli, notre prochaine étape sur papier. Tant pis, nous ne verrons pas le Kilimandjaro (l'avenir nous dira que, si !)...

Direction Hôtel Sarova, un palace qui est le seul a encore avoir de la place sur Nairobi ce soir. Nous devrons nous "contenter" d'une suite au dernier étage.

Impayable dans nos pays, la nuit passée dans cette suite ne m'a coûté "que" 300 USD pour nous quatre, avec le petit déjeuner continental compris.

Avec les frais d'hôpitaux d'une centaine d'euros à peine (labo, échographie, consultations, médicaments, ...), je m'en sors encore à bon compte d'autant que les antibiotiques font de l'effet et que j'ai du mal à croire ce que j'ai vécu il y a quelques heures à peine...

Une grosse ombre supplémentaire au tableau: je me suis fait chourer mon smartphone pendant les examens médicaux. Rien vu venir...

Malgré tout cela, mon seul constat est de dire: Quelle chance d'être nanti quand on pense que ces frais médicaux et d'hôtel correspondent à plus d'un an de revenus pour un kényan de la base.

Demain, nous prendrons la route dès potron minet en direction du Tsavo ouest.

Je tiens une de ces formes, moi!...

11/04/2012

Masaï Mara Night Fever

40°!

Moi qui ne dépasse jamais les 38° quand je suis méga-overgrippé!...

température

Il faut dire qu'avant de partir pour le Kenya, j'ai eu la bonne idée de commencer une infection urinaire que j'ai fait immédiatement soigner par mon médecin.

La veille d'arriver ici au Massaï Mara, je venais de prendre mon dernier antibiotique et rien ne me laissait penser qu'il y eût la moindre complication.

Et pourtant, depuis ce soir, impossible ou presque de faire pipi... Et cette fièvre, maintenant...

2012041018.jpg

Mon épouse m'ayant rejoint sous la tente et mes filles se trouvant dans la leur, nous allons essayer de dormir. Nous verrons bien demain, d'autant qu'il faudra se lever tôt, départ avant le lever du soleil pour profiter de ses premiers rayons sur le Maasaï Mara.

Je ne parviens pas à dormir, trop de fièvre, malgré les médicaments que j'ai pris. La nuit est calme mais sonore: insectes de tous genres qui stridulent, cricritent, zonzinabulent, ... Au loin, des rugissements, appels d'un lion mâle, et d'autres bruits indéterminés, presqu'étranges... puis, tout d'un coup, des flich flath flotch d'un animal dans l'eau, dans la rivière, tout près de nous, à quelques mètres. NON! de PLUSIEURS animaux... Et des gros! Mais quoi? Danger?

Tous les sens en éveil, j'écoute... puis j'entends un glapissement que j'ai déjà entendu, c'est quoi déjà? Maintenant que ceux-ci se sont transformés en grondements puis en sortes de rires lugubres mêlés à de grands "ploufs" au profit d'une bagarre dans l'eau, je sais!...

... Des Hyènes!


Bon... Après une nuit dantesque, ce matin, 6h00, force m'est de constater que je ne suis pas en état de partir aujourd'hui en safari. Ma température n'est pas descendue...

J'envoie donc femme et enfants découvrir le Massaï Mara sans moi mais avec notre guide tout de même Clin d'œil.  Moi, je vais rester sagement au campement, je les retrouverai ce soir et on avisera...

Les photos qui suivent sont de ma fille Ségolène.

MongolfièreUne autre façon de voir le Massaï Mara à laquelle nous n'avons pas voulu participer par conviction environnementale.

MongolfièreLe débat reste ouvert...

lever de soleilLe jour se lève...

lever de soleil... Sur le Maasaï Mara

guépardGuépards manifestement repus. Peut-être d'un Topi imprudent?...

Gazelles de Thomson... Ou d'une Gazelle de Thomson?

village massaïJe ne voulais pas visiter un village massaï car je trouve que ces visites ont un côté un peu "promène bobo" car payantes et je n'aime pas aller quelque part si je n'y suis pas invité avec sincérité. Notre guide a tout de même emmené le reste de ma petite équipe dans un village. Il leur en a couté pas moins de 80 USD qu'il a fallu payer au chef (à gauche sur la photo) pour la visite du village et un spectacle de danses et chants traditionnels. Une activité lucrative mais qui a le mérite d'aller directement aux populations autochtones qui vivent ainsi du tourisme. Vu comme cela, c'est plutôt un bien...

hutte massaïChaque village est construit dans un cercle de broussailles épineuses pour y éviter l'incursion de fauves. Chaque hutte, construite avec de la bouse de vache séchée est matriarcale et appartient à chacune des épouses du chef du village qui dort de hutte en hutte. Ce village contenait sept huttes. Une par jour...Cool

vautoursDeux espèces différentes de Vautours et un Marabout ont repéré la carcasse d'une gazelle de Thomson. Technique: feindre d'être là en touriste... Remarquez au passage les énormes étendues de la savane du Massaï Mara.

EléphantsUne troupe d'éléphants se nourrit d'hautes herbes sur fond d'orage.

EléphantUn éléphant à cinq pattes. Je parierais bien pour dire que c'est le mâle dominant de la troupe!...

Arc-en-cielQui dit soleil et pluie dit... Arc-en-ciel!

LionPuis LA rencontre attendue! Le Roi de la Savane. Dire que je n'en verrai pas d'autre adulte sur tout mon séjour mais les jeunes que j'ai vu vaudront un article à eux seuls...

LionMes trois femmes ont été unanimes pour me dire que c'est énorme, un lion. Et pour cause, 2 mètres environ du museau à la base de la queue et pas loin de 200kg, telles sont les mensurations de Panthera leo.

coucher de soleilLe coucher du soleil, déjà! Il est grand temps d'aller prendre des nouvelles du malade après 12h00 de safari!

Et bien, le malade, il l'est encore plus... Maurice, un employé au restaurant du camp est venu lui apporter à manger ce midi. De sa propre initiative, quelle gentillesse!

Inquiet, le malade a téléphoné à son médecin en Belgique.

Comme s'il était à côté de lui! Il faut dire que tout le Kenya est couvert par un réseau 3G d'une performance incroyable. Je préfère ne pas imaginer la puissance des antennes locales. Tout le monde a un GSM ici, même certains Massaï.

Si je ne l'avais pas vu de mes yeux vu, j'aurais eu un doute: Les massaï ont les lobes des oreilles percés et le lobe est transformé en une sorte de boudin plus ou moins long autour d'un trou parfois très grand. Et bien, j'en ai vu un avec un GSM ainsi serti dans son lobe d'oreille!

Le médecin lui a dit de prendre les antibiotiques qu'il avait pris avec lui au cas ou et demandé de voir un médecin au plus tôt... En plein Massaï Mara? Mais, bien sûr,...! Il devra tenir jusqu'à demain car il est prévu que nous retournions à Nairobi grâce à un vol intérieur.

Un peu avant le retour des femmes, du sang dans les urines! Là, ça ne va plus du tout! D'autant que j'ai entendu parler, avant de partir, de l'existance de fièvres hémorragiques...

Je leur en parle donc et notre guide se met en quête d'un éventuel médecin dans le camp.

Il nous en dégotte un qui vient donc me voir dans ma tente. Docteur? Probablement... Mais est-ce en médecine humaine ou vétérinaire? J'aurai toujours un doute. L'homme parle un anglais approximatif. Il est du cru.

Il écoute attentivement mes explications puis me dit qu'il envisage de me faire une piqûre mais qu'il doit d'abord demander l'avis d'un de ses amis à l'hôpital de Nairobi (Ah! Qu'est-ce que je vous disais, il y a de quoi s'inquiéter, non?).

Il part puis revient une vingtaine de minutes après avec une petite boîte avec une seringue et une ampoule dedans... Il me dit que ce médicament va me faire du bien avec plus de gestes que de paroles. Voilà que je me retrouve devant un De Funès noir qui me mime ce qu'il dit.


 

J'ai eu beau demander ce que c'était comme produit, il n'a pas été possible de le savoir!

J'étais tellement mal que, rassuré tout de même sur le fait que et l'ampoule et la seringue étaient sous conditionnement stérile, j'ai fini par accepter la piqûre dans la partie la plus charnue de mon individu.

Paf! Même pas eu mal!

Avant qu'il ne prenne congé, je lui ai donc demandé ce que je lui devais. Il est rentré dans des explications incompréhensibles comme quoi nous étions amis et que les amis ne payaient pas leurs amis et que et que et que... Il est sorti de la tente. Je dois dire que j'étais un peu soulagé qu'il parte.

Nous nous sommes alors rendus compte qu'il attendait sur la terrasse. Nous en avons déduit qu'il ne serait pas contre un petit cadeau puisqu'il ne voulait pas être payé.

Nous nous sommes dits que payer 30 USD à un médecin de brousse, en pleine nuit qui avait fait une injection d'on ne savait pas quoi nous semblait correct.

Ma fille est allé les lui porter et nous avons entendu un "Yahou" sonore.

Je crois qu'il était content... Drôle d'asticot.

Le "toubib" à peine parti, j'ai commencé à avoir des convulsions terribles qui m'empêchaient littéralement de respirer. Ma femme a bien essayé de rappeler le toubib sur son GSM qu'il nous avait donné, mais rien, plus de nouvelles, disparu...

Les convulsions ont fini par s'arrêter. Je me suis finalement endormi et réveillé en pleine nuit trempé de sueur, mes draps à tordre tellement ils étaient mouillés.

C'est le moment qu'ont choisi nos amies nocturnes pour venir se battre... sur notre terrasse, à deux mètres à peine de mon lit!

Je me suis demandé un instant si ces charognards n'étaient pas là pour moi...

Vivement ce matin pour que nous partions vers Nairobi mais j'appréhende le voyage en avion.

Vais-je tenir le coup?

Positivons!

Le remède du docteur Maboul m'a fait du bien malgré tout: ma température est tombée à 39° alors qu'elle était hier soir de 40.3°...

2012041019.jpg

09/03/2012

Sous le Mont Longonot

Le lac Naïvasha se situe au pied d'un mont visible de loin, le mont Longonot.

Mont Longonot

C'est l'endroit qui a été choisi par l'équipe de tournage de "Out of Africa" pour y tourner les scènes animalières. Les lieux sont féériques. Nous avons pu nous y promener à pieds entre les Gnous bleus (Connochaetes taurinus),

Gnous

les Cobes defassa (Kobus Defassa Onctuosus) ou Waterbucks,

Waterbuck, cobe defassa

et les Girafes

Girafe massaï

Girafe massaï (Giraffa cameleopardalis tippelskirchi)

Girafe massaï

Girafe de Rotchild (Giraffa cameleopardalis rothschildi) et girafes européennes Rigolant

Girafe

Girafe et Mont Longonot

Lépiote africaine

Tous ces herbivores restituent les végétaux ingérés sous forme de nutriments rendant les lieux propices aux champignons (ici une Lépiote sp.) et aux insectes, ce qui attire plein d'oiseaux. Parmi ceux-ci, nous avons pu voir entre autres

Vanneau armé

le Vanneau armé (Vanellus armatus)

Pie-grièche à dos gris

et la Pie-grièche à dos gris (Lanius excubitoroides)

Pie-grièche à dos gris

Quelle richesse!...


09/11/2011

Pierre n'est plus...

Pierre, que j'ai beaucoup apprécié sans te connaître ni t'avoir jamais entendu ou rencontré...

Cette photo prise le matin même de ton envol, elle est pour toi...

Lac du Der, grue cendrée

Grues et Cygnes dans le ciel du Lac du Der le matin du 6 novembre 2011...

 

Extrait du mail reçu de la part de son frère Paul:

"Bonjour Renaud, 

C’est avec grande tristesse que je t’annonce le décès de mon frère Pierre ce dimanche 6 novembre.

[...] Dimanche, [...] il s’est éteint vers 17h.

Ainsi va parfois la vie, la nature ne fait malheureusement pas que des cadeaux. 

[...]

Paul"

 

23:25 Publié dans Personnes | Commentaires (16)

04/10/2011

Des Nouvelles de Pierre

Paul, son frère, m'a écrit:

Bonjour Renaud,

J’ai transmis ton message à Pierre et nous te remercions pour ton soutien ainsi que les personnes qui se sont manifestées.

Pierre recevra à nouveau un traitement de chimiothérapie ce lundi: ce sera le troisième. Un bilan de l’évolution de la maladie devrait être effectuée par la suite.

Tiens bon, Pierre!!!

Impala; picboeufs

Impala (Aepyceros melampus) aux aguêts

20:32 Publié dans Personnes | Commentaires (1)

24/09/2011

Pour Pierre

Je viens d'apprendre de Paul, le frère de Pierre, que ce dernier se bat actuellement pour pouvoir nous rapporter un jour d'autres belles photos animalières dont il a le secret.

Je lui dédie cette photographie d'un boutre qui lutte contre un orage tropical qui s'est levé sur l'Océan indien...

2011092302.jpg

C'est un si frêle esquif qui est sorti victorieux du combat ainsi livré avec les éléments déchainés!

Courage Pierre!

 

01:01 Publié dans Personnes | Commentaires (1)

23/05/2011

Des Nouvelles de ma Pomme

23.05.2011: BONNE FÊTE aux Didier, Didia, Didiane, Dieter, Guibert, Éphèbe, Euphrosyne, Eutyche, Guillaume, Honorat, Jean-Baptiste, Léonce, Lucius, Montanus, Michel, Paissos, Quintien, Lucius, Julien, Syagre

IMG_7944.JPG

Après presque un mois d'absence, je viens vous annoncer que je suis toujours vivant!!!

Un grand merci à toutes celles et ceux qui se sont inquiétés pour moi. Ils avaient raison de le faire...

Ont suivi le grand coup que j'ai eu sur la tête plusieurs semaines de "remise en place". Une première où j'ai été groggi dans le noir au fond de mon lit, puis plusieurs semaines de surcharge de travail pour essayer de récupérer les précieux jours perdus dans mon emploi du temps. En même temps est survenu insidieusement un mal-être ainsi qu'une fatigue, une envie de ne plus rien faire alors c'est tout le contraire que je devais faire. Une grande période de bras baissés pendant laquelle je n'ai pas eu une seule fois le courage de publier de mes nouvelles...

Je vois enfin le bout du tunnel et, ce soir, je croque à nouveau la pomme de la vie au lieu de broyer du noir. Même si de nombreuses caries me noircissent encore un peu le plaisir de m'abandonner pleinement à cette saveur à la fois acidulée et sucrée de l'existance.

Ah mes amis, bientôt une nouvelle devinette! Il faudra seulement me laisser le temps de vous la concocter car je suis resté tout aussi longtemps sans prendre mon appareil photo en mains...

26/04/2011

Ma pauvre tête!...

26.04.2011: BONNE FÊTE aux Alda, Aldo, Aldona, Alida, Paschase, Riquier, Anaclet, Basile, Dominique, Grégoire, Etienne, Exupérance, Guillaume, Pérégrin, Jean, Joannice, Paschase, Phébade, Primitif, Raphaël

J'ai vu les cloches avant tout le monde!...

comment-pourquoi_knock-out_KO.jpg

Mardi, alors que je me dépêchais à cause d’une ruche, disons…, piquante, j’ai voulu sortir du rucher avec un cadre rempli d’abeilles assez excitées pour mieux les observer à la lumière (je cherchais la reine).

Sachant bien que la partie la plus proche de la porte est plus basse d’une vingtaine de centimètre, je me suis dirigé vers la sortie à moitié baissé.

Le capuchon de mon voile m’a empêché de me rendre compte que je n’étais pas assez courbé… et… BONG, mon crâne est venu heurter la volige la plus basse me faisant illico reculer d’un bon mètre avec tout plein de petits oiseaux qui faisaient le tour de ma pauvre tête.

Je n’ai pas lâché le cadre, je ne vous dis pas le nombre de piqûres que j’aurais du rajouter à ce scénario !

apiculteur-heureux.jpg

Groggy, je suis allé me coucher mardi soir sans demander mon reste et sans manger non plus. Mes collègues apiculteurs m'ont raccompagné chez moi car ils ne voulaient pas que je conduise dans mon état de grande fatigue et de vertiges à faire pâlir le concepteur du Hollywood Tower Hôtel du Parc Disney!

IMG_8935_682x1024.jpg

Pour couronner le tout, j’ai commencé une fièvre maousse costo (39°). L’origine de celle-ci m’était connue car j’avais fait un vaccin contre la fièvre jaune, l’hépatite A et la polyo cinq jour avant et qu’on m’avait prévenu de cet éventuel effet secondaire. Je suis le seul à l’avoir eu dans la famille et il fallait que ce soit quand je n’était déjà pas bien ! Grrrr !

Fievre-jaune-vaste-campagne-de-vaccination_article_top.jpg

Mercredi matin, médecin de famille puis urgences pour un scanner de contrôle. Verdict : grosse commotion cérébrale mais, heureusement, pas de saignement cérébral.

En route pour cinq jours couchés dans ma chambre dans la pénombre (par ce beau temps, j’hallucine !) avec interdiction de lire, regarder la télé ou d’aller derrière mon PC…

Je vais mieux…

Mais ça a été "galère"...!

IMG_9186_1024x682.jpg

 

16/12/2010

Ca mord?

BONNE FÊTE aux Adélaïde, Adélaïs, Aïda, Alaïs, Aleyde, Alice, Alicia, Alyssa, Heidi, Lycia, Adon, Adonis, Hildemann

Alors? Ca mord?

... Bin, vous savez, ..., les ablettes c'est pô bien méchant!

IMG_7119_1600x1200.jpg

Nieul-sur-l'Autise (Marais poitevins, France), 26 Juillet 2010

23:23 Publié dans Humour, Personnes, Société | Commentaires (3)