13/04/2012

Flying to Nairobi

6h30, petit déjeuner.

Nous disons au revoir à Maurice et à sa grande empathie pour notre petite famille.

Comme je le disais, j'ai encore 39° ce matin mais, sans être fringant, je supporte...

Nous allons rejoindre le petit aérodrome situé à une vingtaine de kilomètres de notre camp.

Mais avant ça, nous avons une "mission"!

En route, nous croisons une de nos copines, vous savez, celles qui empêchent les honnêtes gens de dormir...

HyèneUne Hyène tachetée (Crocuta crocuta). Il me semble qu'elle a des petits yeux... Ne serait-ce pas une de celles qui ont essayé de me bouffer cette nuit? Clin d'œil

 

HyèneElle porte un émetteur. Elle est donc le sujet d'une étude sur ces animaux fascinants aux mœurs peu sympathiques. Allez, sans rancunes, hein?!

 

Nous arrivons sur les lieux de notre "mission": l'école du coin.

 

EcoleEn effet, nous avions pris avec nous une valise remplie de crayons de couleurs, gommes, crayons gris, blocs de papier, craies, etc. pour les enfants.

Quelle joie et fierté lors de la distribution! Nous ne sommes restés qu'une petite demi-heure, malheureusement pressés par l'avion que nous devions prendre, mais quelles minutes intenses!

Je tiens le coup.

 

Gnous, zèbresEn chemin, nous avons encore croisé des troupeaux, assez denses, de Gnous et de Zèbres. Impressionnante Afrique!

 

GnousArrivés à l'aérodrome, ce que je pensais et n'avais osé dire à Amandine qui a horreur de l'avion s'est avéré: en fait d'aérodrome, un petit bâtiment abritant des toilettes, quelques véhicules 4x4, une manche à air et... la brousse comme piste.

Kenyan Airways vous souhaite un bon vol!

Je tiens le coup.

AerodromeUn petit appareil monomoteur 12 places nous a donc emmenés, via une escale en brousse, à Nairobi.

Deux heures de vol.

Je tiens le coup.

Nous laissons sur place notre guide André, un autre va nous prendre en charge à Nairobi. Merci André pour ta gentillesse et ta disponibilité!

avionLe décollage et l'atterrissage sur la terre battue, c'est très impressionnant.

Heureusement, le pilote semble (mais l'air fait-il la chanson?) très aguerri...

avionLe Maasaï Mara, vu du ciel, est grandiose!

Rivière MaraLa rivière Mara

PistesNombre de pistes balafrent la terre. On comprend mieux qu'il soit interdit aux véhicules d'en sortir sauf dérogation.

Tous les petits points noirs sont des gnous...

camp massaïUn dernier village massaï reculé puis nous changeons de région tout en prenant de l'altitude...

tectonismeL'altitude permet de bien se rendre compte de la tectonique qui a marqué l'Afrique et en a fait ce qu'elle est.

avionDans les nuages...

avionNous atterrissons sans encombre à Nairobi, à l'aéroport intérieur vers midi.

Je tiens le coup.

Le véhicule qui devait venir nous y chercher est en retard.

Je tiens le coup.

Notre convoyeur a téléphoné à la bagagerie de l'aéroport pour nous rassurer et signaler qu'à cause d'un déplacement du Président, Nairobi est encore plus embouteillée que d'habitude, qu'ils arrivent.

13h00, je tiens le coup.

Nos convoyeurs arrivent. Nous devions aller dans un restaurant connu de Nairobi, "le carnivore" (ça ne s'invente pas) mais je signifie à nos guides que je n'irai pas plus loin sans avoir eu des soins.

A la question de savoir vers quel hôpital aller, j'ai répondu tel quel "le meilleur, même si c'est le plus cher!"

C'est ce que nous avons fait. Direction "The Nairobi Hospital". J'ai de la chance, il m’a été dit, de retour, que c'est un des meilleurs d'Afrique noire.

The Nairobi HospitalDe fait, à part la couleur dominante des patients, l'infrastructure ressemble exactement à celle de nos hôpitaux européens.

J'aboutis dans les urgences, flanqué de Matthieuw, l'employé de notre agence de guides qui parle excessivement bien le français. Il m'aidera très efficacement à passer les différentes barrières administratives, linguistiques et ethniques qui ne sont pas plus simples que chez nous.

Amandine, ma grande fille est restée avec moi pendant qu'Emmanuelle et Ségolène attendaient dans notre véhicule sur le parking de la clinique.

Elles y ont poireauté pendant six longues heures pendant que je me faisais faire une batterie d'examens médicaux…

The Nairobi Hospital…Et perfuser un antipyrétique.

Les résultats sont rassurants: mon infection urinaire n'a pas répondu à mes antibiotiques.

Il faut en changer.

Si pas d'amélioration d'ici demain, rapatriement. Sinon, on continue...

The Nairobi Hospital19h00... il est maintenant trop tard que pour aller au parc d'Ambosseli, notre prochaine étape sur papier. Tant pis, nous ne verrons pas le Kilimandjaro (l'avenir nous dira que, si !)...

Direction Hôtel Sarova, un palace qui est le seul a encore avoir de la place sur Nairobi ce soir. Nous devrons nous "contenter" d'une suite au dernier étage.

Impayable dans nos pays, la nuit passée dans cette suite ne m'a coûté "que" 300 USD pour nous quatre, avec le petit déjeuner continental compris.

Avec les frais d'hôpitaux d'une centaine d'euros à peine (labo, échographie, consultations, médicaments, ...), je m'en sors encore à bon compte d'autant que les antibiotiques font de l'effet et que j'ai du mal à croire ce que j'ai vécu il y a quelques heures à peine...

Une grosse ombre supplémentaire au tableau: je me suis fait chourer mon smartphone pendant les examens médicaux. Rien vu venir...

Malgré tout cela, mon seul constat est de dire: Quelle chance d'être nanti quand on pense que ces frais médicaux et d'hôtel correspondent à plus d'un an de revenus pour un kényan de la base.

Demain, nous prendrons la route dès potron minet en direction du Tsavo ouest.

Je tiens une de ces formes, moi!...

11/04/2012

Masaï Mara Night Fever

40°!

Moi qui ne dépasse jamais les 38° quand je suis méga-overgrippé!...

température

Il faut dire qu'avant de partir pour le Kenya, j'ai eu la bonne idée de commencer une infection urinaire que j'ai fait immédiatement soigner par mon médecin.

La veille d'arriver ici au Massaï Mara, je venais de prendre mon dernier antibiotique et rien ne me laissait penser qu'il y eût la moindre complication.

Et pourtant, depuis ce soir, impossible ou presque de faire pipi... Et cette fièvre, maintenant...

2012041018.jpg

Mon épouse m'ayant rejoint sous la tente et mes filles se trouvant dans la leur, nous allons essayer de dormir. Nous verrons bien demain, d'autant qu'il faudra se lever tôt, départ avant le lever du soleil pour profiter de ses premiers rayons sur le Maasaï Mara.

Je ne parviens pas à dormir, trop de fièvre, malgré les médicaments que j'ai pris. La nuit est calme mais sonore: insectes de tous genres qui stridulent, cricritent, zonzinabulent, ... Au loin, des rugissements, appels d'un lion mâle, et d'autres bruits indéterminés, presqu'étranges... puis, tout d'un coup, des flich flath flotch d'un animal dans l'eau, dans la rivière, tout près de nous, à quelques mètres. NON! de PLUSIEURS animaux... Et des gros! Mais quoi? Danger?

Tous les sens en éveil, j'écoute... puis j'entends un glapissement que j'ai déjà entendu, c'est quoi déjà? Maintenant que ceux-ci se sont transformés en grondements puis en sortes de rires lugubres mêlés à de grands "ploufs" au profit d'une bagarre dans l'eau, je sais!...

... Des Hyènes!


Bon... Après une nuit dantesque, ce matin, 6h00, force m'est de constater que je ne suis pas en état de partir aujourd'hui en safari. Ma température n'est pas descendue...

J'envoie donc femme et enfants découvrir le Massaï Mara sans moi mais avec notre guide tout de même Clin d'œil.  Moi, je vais rester sagement au campement, je les retrouverai ce soir et on avisera...

Les photos qui suivent sont de ma fille Ségolène.

MongolfièreUne autre façon de voir le Massaï Mara à laquelle nous n'avons pas voulu participer par conviction environnementale.

MongolfièreLe débat reste ouvert...

lever de soleilLe jour se lève...

lever de soleil... Sur le Maasaï Mara

guépardGuépards manifestement repus. Peut-être d'un Topi imprudent?...

Gazelles de Thomson... Ou d'une Gazelle de Thomson?

village massaïJe ne voulais pas visiter un village massaï car je trouve que ces visites ont un côté un peu "promène bobo" car payantes et je n'aime pas aller quelque part si je n'y suis pas invité avec sincérité. Notre guide a tout de même emmené le reste de ma petite équipe dans un village. Il leur en a couté pas moins de 80 USD qu'il a fallu payer au chef (à gauche sur la photo) pour la visite du village et un spectacle de danses et chants traditionnels. Une activité lucrative mais qui a le mérite d'aller directement aux populations autochtones qui vivent ainsi du tourisme. Vu comme cela, c'est plutôt un bien...

hutte massaïChaque village est construit dans un cercle de broussailles épineuses pour y éviter l'incursion de fauves. Chaque hutte, construite avec de la bouse de vache séchée est matriarcale et appartient à chacune des épouses du chef du village qui dort de hutte en hutte. Ce village contenait sept huttes. Une par jour...Cool

vautoursDeux espèces différentes de Vautours et un Marabout ont repéré la carcasse d'une gazelle de Thomson. Technique: feindre d'être là en touriste... Remarquez au passage les énormes étendues de la savane du Massaï Mara.

EléphantsUne troupe d'éléphants se nourrit d'hautes herbes sur fond d'orage.

EléphantUn éléphant à cinq pattes. Je parierais bien pour dire que c'est le mâle dominant de la troupe!...

Arc-en-cielQui dit soleil et pluie dit... Arc-en-ciel!

LionPuis LA rencontre attendue! Le Roi de la Savane. Dire que je n'en verrai pas d'autre adulte sur tout mon séjour mais les jeunes que j'ai vu vaudront un article à eux seuls...

LionMes trois femmes ont été unanimes pour me dire que c'est énorme, un lion. Et pour cause, 2 mètres environ du museau à la base de la queue et pas loin de 200kg, telles sont les mensurations de Panthera leo.

coucher de soleilLe coucher du soleil, déjà! Il est grand temps d'aller prendre des nouvelles du malade après 12h00 de safari!

Et bien, le malade, il l'est encore plus... Maurice, un employé au restaurant du camp est venu lui apporter à manger ce midi. De sa propre initiative, quelle gentillesse!

Inquiet, le malade a téléphoné à son médecin en Belgique.

Comme s'il était à côté de lui! Il faut dire que tout le Kenya est couvert par un réseau 3G d'une performance incroyable. Je préfère ne pas imaginer la puissance des antennes locales. Tout le monde a un GSM ici, même certains Massaï.

Si je ne l'avais pas vu de mes yeux vu, j'aurais eu un doute: Les massaï ont les lobes des oreilles percés et le lobe est transformé en une sorte de boudin plus ou moins long autour d'un trou parfois très grand. Et bien, j'en ai vu un avec un GSM ainsi serti dans son lobe d'oreille!

Le médecin lui a dit de prendre les antibiotiques qu'il avait pris avec lui au cas ou et demandé de voir un médecin au plus tôt... En plein Massaï Mara? Mais, bien sûr,...! Il devra tenir jusqu'à demain car il est prévu que nous retournions à Nairobi grâce à un vol intérieur.

Un peu avant le retour des femmes, du sang dans les urines! Là, ça ne va plus du tout! D'autant que j'ai entendu parler, avant de partir, de l'existance de fièvres hémorragiques...

Je leur en parle donc et notre guide se met en quête d'un éventuel médecin dans le camp.

Il nous en dégotte un qui vient donc me voir dans ma tente. Docteur? Probablement... Mais est-ce en médecine humaine ou vétérinaire? J'aurai toujours un doute. L'homme parle un anglais approximatif. Il est du cru.

Il écoute attentivement mes explications puis me dit qu'il envisage de me faire une piqûre mais qu'il doit d'abord demander l'avis d'un de ses amis à l'hôpital de Nairobi (Ah! Qu'est-ce que je vous disais, il y a de quoi s'inquiéter, non?).

Il part puis revient une vingtaine de minutes après avec une petite boîte avec une seringue et une ampoule dedans... Il me dit que ce médicament va me faire du bien avec plus de gestes que de paroles. Voilà que je me retrouve devant un De Funès noir qui me mime ce qu'il dit.


 

J'ai eu beau demander ce que c'était comme produit, il n'a pas été possible de le savoir!

J'étais tellement mal que, rassuré tout de même sur le fait que et l'ampoule et la seringue étaient sous conditionnement stérile, j'ai fini par accepter la piqûre dans la partie la plus charnue de mon individu.

Paf! Même pas eu mal!

Avant qu'il ne prenne congé, je lui ai donc demandé ce que je lui devais. Il est rentré dans des explications incompréhensibles comme quoi nous étions amis et que les amis ne payaient pas leurs amis et que et que et que... Il est sorti de la tente. Je dois dire que j'étais un peu soulagé qu'il parte.

Nous nous sommes alors rendus compte qu'il attendait sur la terrasse. Nous en avons déduit qu'il ne serait pas contre un petit cadeau puisqu'il ne voulait pas être payé.

Nous nous sommes dits que payer 30 USD à un médecin de brousse, en pleine nuit qui avait fait une injection d'on ne savait pas quoi nous semblait correct.

Ma fille est allé les lui porter et nous avons entendu un "Yahou" sonore.

Je crois qu'il était content... Drôle d'asticot.

Le "toubib" à peine parti, j'ai commencé à avoir des convulsions terribles qui m'empêchaient littéralement de respirer. Ma femme a bien essayé de rappeler le toubib sur son GSM qu'il nous avait donné, mais rien, plus de nouvelles, disparu...

Les convulsions ont fini par s'arrêter. Je me suis finalement endormi et réveillé en pleine nuit trempé de sueur, mes draps à tordre tellement ils étaient mouillés.

C'est le moment qu'ont choisi nos amies nocturnes pour venir se battre... sur notre terrasse, à deux mètres à peine de mon lit!

Je me suis demandé un instant si ces charognards n'étaient pas là pour moi...

Vivement ce matin pour que nous partions vers Nairobi mais j'appréhende le voyage en avion.

Vais-je tenir le coup?

Positivons!

Le remède du docteur Maboul m'a fait du bien malgré tout: ma température est tombée à 39° alors qu'elle était hier soir de 40.3°...

2012041019.jpg

08/04/2012

Karibu Masaï Mara

Karibu, en Swahili, veut dire Bienvenue!!!

A peine arrivés au camp que nous voilà repartis en safari pour y faire nos premières approches animalières du grand parc.

Notre première découverte est un Topi ou Damalisque (Damaliscus korrigum), sorte de grande antilope aux couleurs improbables. Ce sera la seule que j'aurai eu l'occasion de photographier. Désolé si la photo est légèrement floue.

Topi, DamalisqueLe Topi est la proie favorite du Guépard et ne compte que sur sa vitesse de course pour sa sauvegarde, ce qui, face à ce champion de vitesse toutes catégories, est un pari risqué.

Malheureusement, un gros orage équatorial est en préparation. La lumière décline rapidement. Ca va être bonbon pour tirer des photos correctes...

Girafe massaï, phacochèreLe Masaï mara est étonnamment vert. Il faut dire que la saison des pluies vient de se terminer, ce qui nous vaut ces orages de queue.

Dans un petit mois, ce sera la grande migration des gnous qui vont remonter du Serengetti jusqu'ici pour profiter de l'herbe verte.

phacochèreEn attendant la pluie, un phacochère fait d'étranges salamalecs. Je trouve qu'il ressemble un peu à un colonel d'infanterie britannique. Il lui manque sa capeline rouge.

GnousEt voici nos premiers gnous dans le Masai mara. Ils sont, à cette époque (fin juillet) environ 500 000, selon notre guide.

Fin septembre, ils seront plus de 10 000 000. Accompagnés d'une horde de zèbres qui migrent avec eux.

Gnous, zèbresA certains endroits, des bandes de terrain d'une cinquantaine de mètres de large sont totalement dénudés de végétation avec une terre littéralement labourée en surface par les traces de sabots de ces ruminants.

Ce sont des couloirs de migration.

Nous sommes un peu trop tôt que pour pouvoir voir cette dernière mais ces couloirs, qui datent de l'année passée, nous donnent toute la mesure du phénomène énorme qu'est cette migration.

guépardLà où il y a des Topis, il y a ... des Guépards (Acinonyx jubatus).

Quelle chance de découvrir ces fauves en voie de régression malgré tous les programmes de protection. Ils sont impressionnants car beaucoup plus grands que ce que les documentaires laissent supposer.

guépardÇa ne se voit pas sur la photo, mais c'est à ce moment là que l'orage a décidé de s'épancher copieusement sur nous. Mon guide, à qui j'avais demandé s'il croyait que l'orage serait pour nous et qui m'avait répondu d'un "no no no no no!", ferait bien de réviser ses rudiments de météorologie kényane.

Les guépards sont restés impassibles.

Pas nous.

Des litres, des seaux entiers, se sont abattus sur nous d'un coup et il nous était impossible de fermer le toit ouvrant de notre véhicule par l'extérieur à cause de la présence des fauves, à quelques mètres.

J'ai tenté de fermer le toit de l'intérieur, ce qui m'a valu d'être trempé comme une soupe en quelques secondes.

orageY pas à dire, je comprends, maintenant, pourquoi l'herbe est verte, par ici (en tous cas, en cette période de l'année). Un troupeau de gnous profite de l'ondée au loin pendant que je me sèche du mieux que je peux.

Bah, la pluie n'était pas froide, c'est déjà ça...

Retour au camp. Une petite douche (pour économiser l'eau, hinhinhin, je ris...) me fera le plus grand bien d'autant que je me sens bien fatigué d'un coup.

Je prends ma douche en compagnie d'une copine...

araignée... dont la taille approximative est environ celle de la photo (sur mon 17 pouces. N'allez pas imaginer l'impensable si vous avez un écran plus grand!).

Ah, je suis bien content de ne pas être arachnophobe, moi.

Elle a déjà fait les frais d'une savate car il lui manque une patte.

Elle a survécu probablement à un membre du personnel qui fait les tentes matin et soir pour éviter ce genre de rencontre désagréable à la plupart des européens.

Il a eu du mérite d'avoir pu l'estropier car, quand elle en a eu marre de contempler mon corps d'athlète (hum!), elle s'est tirée avec une vitesse effarante en prenant ses sept pattes restantes à son cou qu'elle n'a du reste pas.

Comme je ne connais pas cette copine, je décide de l'appeler la "Blitz Flat Spider". On se reverra encore lors de notre séjour mais on a oublié d'échanger nos adresses...

 

Direction le resto de l'hôtel mais pas sans passer au bar, boire une bonne Tusker, bière kényane de très grande qualité brassicole.

A ce moment ma femme me demande pourquoi je fume.

Je la regarde étonné, ça fait 25 ans que j'ai arrêté la cigarette!

Puis je me rends compte que mes filles me regardent interloquées, tout comme les autres clients attablés un peu plus loin.

Il fait frais le soir, la température descend facilement à cause de l'altitude et, effectivement, je dégage plein de vapeur...

Petit repas léger, je m'éclipse et rentre directo dans ma tente et prends ma température: 40°...

09/03/2012

Sous le Mont Longonot

Le lac Naïvasha se situe au pied d'un mont visible de loin, le mont Longonot.

Mont Longonot

C'est l'endroit qui a été choisi par l'équipe de tournage de "Out of Africa" pour y tourner les scènes animalières. Les lieux sont féériques. Nous avons pu nous y promener à pieds entre les Gnous bleus (Connochaetes taurinus),

Gnous

les Cobes defassa (Kobus Defassa Onctuosus) ou Waterbucks,

Waterbuck, cobe defassa

et les Girafes

Girafe massaï

Girafe massaï (Giraffa cameleopardalis tippelskirchi)

Girafe massaï

Girafe de Rotchild (Giraffa cameleopardalis rothschildi) et girafes européennes Rigolant

Girafe

Girafe et Mont Longonot

Lépiote africaine

Tous ces herbivores restituent les végétaux ingérés sous forme de nutriments rendant les lieux propices aux champignons (ici une Lépiote sp.) et aux insectes, ce qui attire plein d'oiseaux. Parmi ceux-ci, nous avons pu voir entre autres

Vanneau armé

le Vanneau armé (Vanellus armatus)

Pie-grièche à dos gris

et la Pie-grièche à dos gris (Lanius excubitoroides)

Pie-grièche à dos gris

Quelle richesse!...


19/01/2012

Hippopotamus amphibius

BRAVISSIMO à Marie Martine

et

BRAVO à Nays

qui ont bien trouvé l'activité dangereuse que nous avons faite au lac Naïvasha:

Nous sommes allés tout bonnement nous promener en pirogue au milieu des Hippopotames (Hippopotamus amphibius)...

hippopotame, remous

Remous inquiétants à quelques mètres à peine de notre frêle esquif...

Les Hippopotames font partie des dix animaux les plus dangereux de la Création. Les accidents sont fréquents. Soit à terre, s'ils se sentent coincés entre leur pâturage et leur point d'eau, soit sur l'eau, s'ils sont surpris par l'arrivée d'une embarcation...

Hippopotame

Le responsable des remous a refait surface.

C'est donc, je dois l'avouer, pleins d'appréhensions que nous avons embarqué sur une pirogue en polyester bleu roi, modernité oblige, pour nous retrouver au milieu des hippopotames en priant le ciel que notre pilote sache ce qu'il faisait. A posteriori, on peut dire que oui puisque je vous écris cet article sans avoir perdu de membre ni de mon corps d'athlète (hum) ni de ma petite famille...

Hippopotame

Nous sommes tolérés et sous haute surveillance...

Herbivores aux moeurs nocturnes, les Hippopotames communs (Hippopotamus amphibius) sortent de l'eau la nuit pour aller brouter la savane. Les mâles dominants sont très irascibles et équipés de canines impressionnantes qui peuvent, selon la littérature, atteindre 60cm de long!

Je vous laisse imaginer les dégâts que peut faire un animal furieux de presque deux tonnes voire plus avec de telles armes dans une gueule. Cette gueule, il peut l'ouvrir suffisamment grand que pour y enfourner un homme dans toute sa largeur!...

Les Hippopotames sont d'autant plus dangereux qu'ils vivent en troupeaux et que leurs victimes ont généralement à faire avec plusieurs de ces grosses bêtes.

Hippopotame

Au milieu de la troupe, un "petit" se repose sur le dos de sa maman.

Hippopotame vient du grec hippos, cheval et potamos, fleuve. Littéralement, cela veut dire "cheval de fleuve". Comme les chevaux, l'Hippopotame est un ongulé (taxon désuet). Il possède deux doigts sur lesquels il se tient. Il fait partie des cétardiodactyles. A contrario du cheval qui, lui, possède, un seul doigt (le sabot), ce qui le classe parmi les périssodactyles.

Hippopotame

Il ne faut pas se fier à leur apparente somnolence. Ils ne dorment que d'un oeil.

La couleur rougeâtre des Hippopotames leur est due à leur peau glabre et relativement fine. Mais aussi et surtout à une sécrétion qui prend cette couleur au contact de l'air et qui les protège des UV du soleil. On pensait anciennement qu'ils transpiraient du sang.

Les Hippopotames n'ont pas de glandes sébacées. Leur peau est donc fort sèche. Si elle n'est pas humidifiée très régulièrement, elle se craquèle sous l'effet du soleil et de la déshydratation qu'il engendre. Ils doivent, en conséquence, se plonger dans l'eau qui doit être douce. Le lac Naïvasha est le seul lac d'eau douce de la région.

Hippopotame

Câlin...

En broutant hors de l'eau, les Hippopotames digèrent et ... défèquent dans l'eau. L'apport de nutriments ainsi fait est une aubaine pour l'écosystème aquatique qui y retrouve son compte car ses derniers permettent la prolifération de plancton, nourriture de base de la faune aquatique. Quand ce ne sont pas les poissons eux-même qui en profitent directement. Les eaux du lac sont donc très riches grâce, entre autres, à la présence de ces pachydermes.

Hippopotame

Tout le monde ne partage pas mon avis mais, moi, je les trouve sympas, faussement débonnaires.

Malheureusement, comme une grande partie de la faune africaine, les populations d'Hippopotames ont très fortement régressé. Cette diminution des effectifs est due, dans certains cas, à la destruction des biotopes car il faut des points d'eau non ou peu pollués jumelés avec des zones de pâture mais aussi et surtout à la chasse et au braconnage pour la viande et l'ivoire des canines. L'anthropisation ne fait pas bon ménage avec ces bestiaux.

La diminution des populations d'Hippopotames est à l'origine, comme effet secondaire, d'un appauvrissement des eaux et donc une diminution du nombre de poissons, source de nourriture des populations locales...

Si les effectifs des Hippopotames ont fortement diminué, ces pachydermes n'en sont pas pour autant, heureusement, menacés d'extinction. Dans l'immédiat, en tous cas...

Hippopotame

Mhhh, elle est bonne...

Malgré un aspect pataud, l'Hippopotame est extrêmement vif et rapide, surtout dans l'eau. C'est un excellent nageur apnéïste. Pour ce faire, ils peuvent fermer toutes les écoutilles: oreilles et narines sont obturables. Il peut rester une petite dizaine de minutes en apnée. C'est un exercice que l'Hippopotame fait depuis sa prime enfance. En effet, le petit tète sa mère sous l'eau...

Hippopotame

La dolce vita

28/12/2011

Baboon Teeth Hill

... On se demande bien pourquoi ce promontoire rocheux est appelé ainsi...

babouin

Un des seuls endroits où les visiteurs peuvent sortir de leurs véhicules où ils doivent normalement rester confinés pour des raisons de sécurité est cet escarpement rocheux qui surplombe le lac de Nakuru. La vue y est superbe mais mise en demi-teinte par les habitants de ce caillou.

2011122808.jpg

Nous y avons croisé des élèves d'une école en voyage scolaire. La plupart des élèves (remarquez leurs uniformes très "british") étaient littéralement fascinés par les hôtes des lieux.

2011122809.jpg

Ces hôtes, loin d'être intimidés par la foule, étaient même en quête de nourriture, examinant tout ce qui pourrait éventuellement contenir de la nourriture comme les bouteilles en plastique ou les papiers gras. Et oui, nous n'avons pas l'apanage des déchêts clandestins...

2011122807.jpg

Ce qui est particulièrement impressionnant, c'est de se trouver au milieu de ces animaux sauvages au caractère très belliqueux. Ce grand mâle aux canines de 5 à 7 centimètres, sans exagérer, a réussi à se faufiler entre mes jambes à la poursuite d'un de ses congénères. Il a fait comme si je n'existais pas... Et je préfère ça!

2011122805.jpg

On ne sort pas indemne de ce genre de rencontres...

2011122801.jpg

Une mère et son petit.

2011122803.jpg

Où est le spectacle? Ici ou en bas?

2011122806.jpg

J'aime assez le pique-nique, moi!

2011122804.jpg

 Oui, je suis un peu cabot sur les bords, mais j'ai de plus grandes dents!...

23:43 Publié dans Mammifères, Voyage | Commentaires (5)

17/12/2011

La bébête était un...

... Daman des rochers (Procavia capensis)

Daman, rocher

Le Daman fait partie des Paenungulata, taxon qui regroupe, entre autres, les Eléphants et les Dugongs. Il est donc, curieusement, apparenté aux Eléphants à cause de la structure de ses pattes arrières.

Le Daman est monté sur des petits coussinets qui font littéralement ventouse sur les rochers, ce qui leur donne une aisance incroyable dans ce milieu qui les accueille et les protège de nombre de prédateurs.

Daman

Herbivores, les coussinets de leurs pattes ressemblent à des sabots, ce qui leur vaut d'être cités dans la Bible comme animaux impurs ne pouvant être consommés ni manipulé une fois morts car ils n'ont pas les lèvres fendues.

Je trouve cette classification bien injuste au regard de la sympathie que suscite en moi ce petit animal un peu plus gros qu'un lièvre. D'un autre côté, ce statut les a sauvés des chasseurs...

Daman

Cette petite population a été photographiée sur la Baboon Teeth Hill (Montagne de la Dent de Babouin). Inféodé aux rochers, le Daman n'est, à priori, pas en danger d'extinction car leur milieu n'est pas en voie de régression.

Daman

Je n'avais jamais entendu parler de cet animal dans les très nombreux documentaires animaliers que j'ai déjà pu visionner. C'est bien injuste, je trouve, mais sa découverte n'en fut que plus agréable...

18:26 Publié dans Mammifères, Voyage | Commentaires (7)

12/12/2011

Quelle drôle de bébête?!?

On nous parle dans les documents liés à la faune africaine de suricates, phacochères, gazelles de toutes les sortes,  lions et félins divers, éléphants, girafes, rhinocéros, hippopotames, ...

mais, personnellement, je n'ai jamais vu de reportage sur ce sympathique animal...

2011120406.JPGDésolé mais la pluie de cette après-midi a quelque peu abîmé ma photo...

Qui pourra nous dire ce que c'est?

Comme toujours, si vous pensez connaître la solution, faites le moi savoir par mail.

Sinon, n'hésitez pas à poser vos questions via les comms.

Ce sont elles qui vont vous permettre, par mes réponses, à trouver ce qu'est comme bébête.

Ce n'est pas un Porc-épic (Hystrix galeata).

Ni un Ratel d'Afrique (Mellivora capensis).

Ni un ourson.

BRAVISSIMO Marie-Martine! Tu n'as pas perdu la main!

Indice: La bébête n'est pas un éléphant et pourtant...

La bébête n'est pas non plus une Civette.

Indice: La bébête n'est pas câchère...

Suite au commentaire de Rabbi Jacobs Clin d'œil, je vous livre ici un extrait de l'Ancien Testament pêché dans Wikipedia:

"Toutefois, parmi les ruminants et parmi les animaux à sabot fourchu et fendu, vous ne pourrez manger ceux-ci : le chameau, le lièvre et la bébête, qui ruminent mais n'ont pas le sabot fourchu ; vous les tiendrez pour impurs. Ni le porc, qui a bien le sabot fourchu et fendu mais qui ne rumine pas : vous le tiendrez pour impur. Vous ne mangerez pas de leur chair et ne toucherez pas à leurs cadavres."

INDICE: La bébête a le même nom qu'une ville d'Inde.

BRAVO Anne-Marie! Toi aussi tu as trouvé le nom de la bébête. Ton dimanche t'a été propice.

Indice: La bébête peut être de plusieurs sortes mais celle-ci se trouve dans les rochers.

BRAVO à toi aussi, Nays, c'est bien ça! La bébête est un D.... des rochers (INDICE).

Demain, la solution en images...

21:19 Publié dans Jeu, Mammifères, Voyage | Commentaires (11)

28/11/2011

Quel drôle de Zèbre ce Renaud...

... C'est probablement ce que vous serez en droit de penser de moi après ces quelques jours de silence radio...

Désolé pour celles et ceux qui ont fini par s'inquiéter pour moi. Je vais bien, très bien même.

Mais que voulez-vous, trop de choses à gérer, la plupart dans l'urgence, m'ont fait délaisser quelque peu mon blog.

Qui plus est, je dois avouer que le décès de Pierre m'a donné l'envie de m'effacer un peu...

Mais me revoilà!

Alors???

Sont-ils noirs avec des raies blanches ou blancs avec des lignes noires?...

zèbre

Zèbres et femelle Impala et son petit

Perso, si j'en juge à la couleur de leurs naseaux et de leur raie du c.., ainsi que la naissance de leurs sabots, ils sont noirs avec des lignes blanches...

zèbre

Mais à y regarder de plus près, ils sont bruns foncés, en fait!

zèbre, pique-boeuf à bec rouge

Pique-boeuf à bec rouge sur la croupe d'un zèbre

Quoi qu'il en soit, à chacun de faire son idée, non? Ce qui est certain, c'est que le zèbre rose à pois bleus n'est pas encore né!

zèbre

Trois Zèbres de Grant et une Gazelle de Thomson.

zèbre

"-Camouflés comme on est, tu crois qu'y nous ont vu?

- Tais-toi donc et fais comme si de rien n'était!..."

zèbre

 

 

 

22:23 Publié dans Mammifères, Voyage | Commentaires (2)

23/10/2011

Zèbre de Grant (Equus quagga bohemi)

Alors... Noir avec des zébrures blanches ou blanc avec des zébrures noires??? Clin d'œil

Zèbre

23:39 Publié dans Mammifères, Voyage | Commentaires (7)