08/09/2011

Nairobi - Lake Nakuru National Park - Part 2

Descendus dans la vallée du Rift, nous avons l'impression d'avoir rejoint une plaine fertile bordée de volcans en guise de montagnes.

De multiples fermes, domaines privés bien gardés par des murs d'enceinte, longent la route. Des hommes et des femmes y travaillent à la houlette sous le soleil d'Afrique (qui est bien caché derrière les nuages!).

J'ai lu que le Kenya exportait des fleurs et plantes en pots ainsi que des haricots destinés à fournir le marché mondial. Cela au profit de grands groupes agricoles mais pas de la population locale qui constitue une main d'oeuvre bon marché pour ces groupes. Quand vous achetez des haricots ou des plantules en pot, posez-vous certaines questions... La première étant de se demander quelle est la provenance des produits que vous achetez et quelles sont les conditions humaines dans lesquelles ceux-ci ont été produits...

201107260035_Route de Nakuru_Ferme.jpg

Exploitation agricole 

 

Trois lacs principaux se succèdent au sud sur les nombreux kilomètres de notre route. Le premier est un lac d'eau douce, profond, peuplé d'hippopotames: Le lac Naïvasha. Le second, le lac Elementaïta, est plus petit et peu profond. Il est rempli d'eau salée, tout comme le troisième qui est notre point d'arrivée, le lac Nakuru.

201107260040_Route de Nakuru_Lac Elementaita.jpg

Lac Elementaïta

 

Un détail mais qui a son importance pour les vacanciers que nous sommes: le soleil perce enfin sa gangue de nuages...

Nous arrivons enfin au Lake Nakuru National Park qui, avec ses 188 km² fait figure de nain par rapport aux autres parcs du Kenya. Ce parc est entièrement clôturé. Non pas pour empêcher la faune d'en sortir, ni pour protéger la population, mais pour protéger la faune elle-même des braconniers car certaines espèces qui y sont réfugiées font d'excellentes cibles pour ces derniers.

201107260041_Lac Nakuru_Entrée du Parc.jpg

Entrée du Lake Nakuru National Park

 

Les différents parcs que nous avons visités demandent un droit d'entrée assez onéreux (de l'ordre de 80 USD par véhicule). Les règles de circulations y sont assez strictes (vitesse maximale autorisée: 40 km/h: on devrait leur offrir des radars. Humm humm, j'dis ça, j'dis rien!). Il est, sauf dans les zones prévues à cet effet, interdit de sortir des véhicules et, bien sûr, rien ne peut y être prélevé.

Le Lake Nakuru National Park a beaucoup d'attraits faunistiques et principalement ornithologiques. Quatre-cent espèces différentes y sont recensées. Les oiseaux sont attirés par le milieu exceptionnel offert par la présence d'un lac salé de 62 km². Créé en 1961, il est repris dans la convention Ramsar de l'Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN).

Commentaires

Merci pour ces infos qui détaillent mais surtout complètent judicieusement ce que les média nous fournissent. Bon we, A-Marie

Écrit par : A-Marie | 09/09/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour cher Renaud

oui je sais pour les productions de fleurs et autres vu un docu, c'est dégueulasse ils louent les terres pour des clopinettes et pour un bail de 90 ans ils rendront des terres usées plus bonnes à rien, les gens du pays ne peuvent plus passer pour faire paitre leurs animaux, c'est scandaleux !!! aucuns scrupules et pas qu'au Kenya :o(((

ben oui Renaud système à la con, suis tranquille mes haricots ne font que sauter le grillage

bisous et bon week-end

Écrit par : nays | 09/09/2011

Répondre à ce commentaire

une vision interessante et instructive que la tienne...

Écrit par : didier | 12/09/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.