04/09/2011

Chroniques d'un Voyage au Kenya: Bruxelles - Nairobi via Addis Abeba

J'ai hésité longtemps car j'avais peur de vous ennuyer avec les détails de ce magnifique voyage mais vos commentaires m'ont décidé à vous faire tout de même un résumé de notre escapade au Kenya.

Nous sommes donc partis de Zaventem à 20h00 pour un vol de nuit Ethiopian Airlines à destination de Nairobi via Adis Abbeba.

Trajet Kenya.jpg

Première escale à Milano pour repartir une heure plus tard à bord du même avion vers Adis Abbeba, en Ethiopie.

Arrivés à 6h00 heure locale (Bruxelles plus une heure), nous avons dû attendre un second vol vers Nairobi prévu à 10h00. Je vous prie de croire que 4h00 d'attente dans un hall d'aéroport, c'est long, très long, surtout avec la fatigue d'une nuit à bord d'un avion dont les sièges sont, certes, confortables mais un peu trop rapprochés au goût de mon mètre 96. Les bas de contention que j'avais prévu m'ont été, j'en suis certain, bien utiles pour me prémunir d'une phlébite.

socks-race.jpg

Adis Abbeba est un hub africain. C'est fou le nombre de personnes qui y transitent: chinois vers une direction africaine, koweïtis, congolais, burundais, arabes saoudites, européens, ... vers toutes les directions africaines possibles.

OurWorld.jpg

Notre second avion, toujours de l'Ethiopian Airlines, nous a fait décoller à 10h00 comme prévu et nous a emmenés pile à 12h00 à Nairobi avant de continuer son vol vers le Burundi.

Température: 26°, nuageux mais sans être couvert..., de bonne augure!

Arrivés au check-in douanier, coup au cœur! Il semblerait que pour rentrer dans le pays, il faille obligatoirement avoir été vacciné contre la fièvre jaune alors que tous les documents de voyage ne faisaient que de le conseiller.

Fievre-jaune-et-vaccin.jpg

Doublement heureusement, nous avions fait ce vaccin bien à temps avant le départ (trois mois) (OUF) et j'avais pensé prendre avec moi les carnets de vaccination de l'OMS qui l'attestaient (RE-OUF). Sinon, certainement beaucoup de palabres avec, probablement, un retour très prématuré à la casa...

Arrivés dans le hall principal, nous avons été pris en charge par des représentants d'African Quest, les opérateurs in situ du tour operateur PlanetVeo qui avait la charge de notre voyage.

Sans vouloir faire de publicité, je suis vraiment très satisfait par les services de ce T.O. qui m'a permis de faire un voyage à la carte en respectant mes désidératas et ce, bien avant le départ. Cerise sur le gâteau de naturaliste, tout ceci en promouvant le développement durable, en respect avec les populations et les ressources locales.

201107300612_Nairobi_Route vers Tsavo Ouest.jpg

Après une heure et demie d'interminables embouteillages dans une ville de 3 millions d'habitants congestionnée par la circulation automobile où les piétons se jettent littéralement sous les voitures (quand elles avancent!) pour pouvoir traverser, où les taxis collectifs appelés "matatu" déboîtent sans crier gare pour gagner du temps, chargés de 15-20 personnes dans une camionnette n'en pouvant transporter que la moitié, où les boda-boda et tuc-tuc, autres moyens de transport à deux et trois roues gazent en pétaradant, où une charrette tirée par deux ânes double pour l'éviter, un troupeau de zébus dépassant de la partie centrale herbée de la 2x2 bandes, nous sommes enfin arrivés à notre premier hôtel situé dans le centre de la ville.

201107300614_Nairobi_Route vers Tsavo Ouest_Zébus.jpg

La pauvreté est omniprésente. Certains, la plupart, je pense, ne touchent qu'un petit dollar par jour. J'ai vu des gens boire et se laver dans les fossés récoltant les eaux de la rue... On a beau savoir, le choc est intense! Les images que j'en avais jusqu'à lors étaient tronquées, filtrées par la petite fenêtre nommée télévision. Sortir et regarder de l'autre côté de la vitre donne une dimension toute autre... On se sent tout petit, impuissant.

201107300615_Nairobi_Route vers Tsavo Ouest_Gros dodo.jpg

Cette pauvreté est malheureusement source d'insécurité. J'ai demandé à mon guide s'il pouvait me donner l'adresse d'un lieu où l'on pourrait fureter à le recherche d'un petit repas. Sa réaction a été sans équivoque. OK pour sortir de l'hôtel mais, alors, à bord d'un taxi privé reconnu officiellement en direction d'un endroit précis et sécurisé pour reprendre le même taxi mis en attente et rentrer directement sans autre arrêt à l'hôtel.

Ne se sentant pas l'âme de routards prêts à tous les dangers (il y en a), étant en famille, avec femme et enfants, nous avons donc finalement décidé de manger au restaurant de l'hôtel. Hôtel qui avait tous les attributs défensifs d'une green zone en Irak: chicane pour les voitures à l'entrée, hauts murs d'enceinte et gardes partout dans les allées du parc intérieur.

Bienvenue (Karibu, en swahili) au Nairobi Southern Sun Mayfair Hôtel.

201107250001_Nairobi_Southern Sun Mayfair Hôtel.JPG

Un superbe hôtel tout en "English touch" avec des jardins à faire pâlir les serres royales de Laeken mais sans une seule verrière au-dessus des plantations. Il pleut, espérons que ça va se calmer cette nuit...

201107250005_Nairobi_Southern Sun Mayfair Hôtel.JPG

201107250006_Nairobi_Southern Sun Mayfair Hôtel.JPG

 

23:33 Publié dans Société, Voyage | Commentaires (3)

Commentaires

Bonjour Renaud

mais tu es sot nous ennuyer ça va pas la tête :o)) que du contraire tu nous offres le partage..
pour avoir déjà vu des reportages sur le Kenya et autre je m'imagine bien le changement de monde de culture et la pauvreté omniprésente quasi partout en Afrique, une leçon pour nous occidentaux qui pour la moindre histoire faisons de notre nez ..un peu de relativité..

mais un merveilleux continent..mais je serai effrayée par la chaleur surtout

sympa l'hotel

merci Renaud et j'attends la suite :o))) t'as pas le choix....

bisous

Écrit par : nays | 05/09/2011

Répondre à ce commentaire

bonjour Renaud,
content de te retrouver et de lire tes aventures !!
un début de vacances tout en mouvement!! j'attend la suite avec impatience et je ne dois pas être le seul.
bonne journée.

Écrit par : didier | 05/09/2011

Répondre à ce commentaire

En attente du vrai reportage évidemment .... amicalement, A-Marie

Écrit par : A-Marie | 05/09/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.