14/05/2010

Qui a peur de la méchante araignée? C'est pas nous!

BONNE FÊTE aux Matthias, Mathias, Aglaé, Aglaïa, Aglaïane, Aglaonéma, Aglaïs, Aglagla ;-), Marie-Dominique, Pons

Qui a peur de l'Araignée ? C'est pas nous, c'est pas nous !

Qui a peur de l'Araignée ? C'est pas nous du tout !

Keïko se réveilla en sursaut. Elle avait senti quelque chose bouger au fond de son lit. Elle alluma sa lampe de chevet et risqua un œil en soulevant ses draps de satin. Ce qu'elle vit la glaça d'horreur. Une araignée énorme, de la taille d'une assiette à soupe, la regardait de ses huit yeux rouges pleins de haine. Elle était là, à hauteur de ses genoux, sur son joli kimono en soie que 007 lui avait offert avant de partir pour une nouvelle mission.

« Si je bouge, je suis morte » se dit-elle. Malgré cette mise en garde personnelle et intérieure, elle se mit à trembler, ce qui suffit au monstre velu pour se décider à se jeter à son visage. Une douleur cuisante sur la pommette droite fit hurler Keïko juste avant que ses beaux yeux de jade ne se ferment pour toujours...

« C'est n'importe quoi ! » s'est écriée Amandine, ma fille, à la lecture de ce premier paragraphe. Pourtant, Dieu sait si la prunelle de mes yeux ne les aime pas, mes petites protégées à huit pattes !

Sources de conflits à la maison, Amandine, du haut de ses dix-huit ans, sait pourtant qu'elles ne sont pas aussi dangereuses qu'on ne le dit. Même si sa phobie est suffisamment forte que pour ne jamais les approcher, à mon grand dam.

Mais d'où vient donc cette mauvaise réputation dont les araignées ne peuvent se défaire ? C'est vrai qu'elles ne correspondent pas vraiment à nos critères de beauté et qu'elles ont une façon de se nourrir qui, rapportée à notre échelle, peut faire froid dans le dos. Ajoutez à ce tableau le venin qu'elles injectent avec leurs chélicères (crochets buccaux) et nous sommes au premier chapitre d'un bon livre d'horreur.

Pourtant, dans nos contrées, les morsures d'araignées sont rares et, la plupart du temps, tout à fait bénignes.

Parmi mes lecteurs, je suis certain qu'un certain nombre se lèvera de son fauteuil en lisant ces lignes et en proclamant qu'ils ont été bel et bien mordus par une araignée en telle ou telle circonstance. Mais, honnêtement, l'ont-ils jamais réellement vue de leurs yeux vus commettre le forfait dont on l'accuse ?

Aux nombreux yeux d'une araignée, l'être humain n'est qu'un substrat. Pourquoi donc le mordre en se déplaçant sur lui ?

Eventuellement, si cet être humain devait tenter de l'attraper avec ses doigts, l'araignée aurait-elle trois choix : faire la morte, en espérant ne plus l'intéresser ou perdre volontairement une patte (phénomène de l'autotomie) tout en s'enfuyant en laissant le membre ainsi abandonné en pâture à l'ennemi, ou bien encore, en dernière extrémité, essayer de mordre son agresseur. Cette morsure n'est, du reste, bien souvent que mécanique, sans injection de venin, précieux liquide voué quasi-exclusivement à la chasse. Malheureusement pour elles, les chélicères de la plupart des araignées de nos contrées ne peuvent percer notre épiderme et leur morsure est donc totalement inefficace contre les agresseurs que nous pouvons parfois être pour elles.

Certaines araignées, de gros calibre, si l'on peut dire, pourraient percer notre peau et nous infliger effectivement une morsure suffisamment profonde que pour toucher notre derme. L'empoisonnement dû à la morsure d'une araignée s'appelle aranéisme. Cet aranéisme est-il si fréquent dans nos contrées ?

Essayons donc de passer en revue ensemble nos araignées les plus « grosses » et le danger qu'elles pourraient représenter.

Une des plus « maousse » de nos araignées vit... dans les maisons ! Elle est heureusement tout à fait placide et préfère perdre une patte plutôt que de mordre. Il s'agit de Tegenaria domestica Clerck, la tégénaire domestique, famille des Agelenideae. Je ne compte plus le nombre de fois où j'en ai pris une dans les mains pour « sauver » Amandine de ce « monstre hideux». Je n'ai pourtant jamais été mordu.

tegeneria

Elle partage les coins oubliés de nos maisons avec T. parietina Fourcroy qui est tout aussi inoffensive.

Une autre tégénaire, Tegenaria agrestis Walckenaer ne peut pas être qualifiée de la même manière. Elle est assez agressive mais est cantonnée aux friches. Cette araignée a été importée en Amérique du nord. Contrairement à nos contrées, où les hivers sont plus doux, T. agrestis est rentrée dans les maisons nord américaines pour se prémunir du froid hivernal et cet environnement lui a plu. Elle y est nommée « hobo spider » (araignée clocharde). Des cas de morsure sont régulièrement relevés, particulièrement lorsque les victimes ont laissé traîner leurs vêtements, par terre, par exemple. Hobo, en promenade, prise en sandwich entre les vêtements et leur propriétaire les remettant au matin, n'a souvent d'autre choix que de mordre. D'autres cas de morsures sont relevés parmi les personnes devant se rendre dans des zones peu visitées des maisons comme, par exemple, les vides sanitaires.

La morsure se solde par une nécrose des tissus pouvant entraîner de vilaines blessures guérissant mal voire nécessitant une chirurgie réparatrice.

hobobo

Chez nous, les morsures de T. agrestis sont exceptionnelles car rares sont les personnes laissant traîner leurs vêtements dans les friches avant de les renfiler. Sans compter que les tégénaires ont plutôt des mœurs nocturnes. Une rencontre cuisante est donc très peu probable.

Une autre araignée de nos contrées ayant des crochets suffisamment puissants que pour percer la peau humaine répond au joli nom de Dolomède (Dolomedes fimbriatus Clerck et Dolomedes plantarius Clerck). Elle vit au milieu des marais, se déplaçant sur les pièces d'eau grâce aux poils hydrofuges recouvrant le bout de ses pattes. Sa taille lui permet d'attraper jusqu'à des alevins. Sa morsure serait douloureuse, comparable à la douleur infligée par la piqûre d'une guêpe. Malheureusement pour mon article, je n'ai trouvé personne qui ait fait cette cuisante expérience et qui puisse me décrire les douces sensations que cette morsure peut faire.

Même milieu, même taille, l'Argyronète (Argyroneta aquatica Clerck) n'est pas plus responsable de morsures que la Dolomède. Elle est moins fréquente et vit sous la surface de l'eau, dans une cloche d'air qu'elle a façonnée. Peu de chance donc de la rencontrer...

Et nos mygales? Atypus affinis Eichwald et A. piceus Sulzer? Elles pourraient bien sûr mordre mais elles vivent cloîtrées au fond de leur tube, entre 20 et 50 cm sous le sol. Il faut être un aranéologue peu averti que pour réussir à se faire mordre en manipulant un individu capturé après une séance de déterrage et ceux que je fréquente le sont suffisamment que pour ne l'avoir jamais été.

De la même famille (Pisauridae) que la Dolomède, la Pisaure (Pisaura mirabilis Clerck) peut également mordre.

Parmi les Araneidae, une grosse épeire diadème (Araneus diadematus Clerck) agacée pourrait mordre. J'en ai fait moi-même l'expérience. Peut-être ais-je eu de la chance mais la pauvre épeire que j'avais ainsi ennuyée ne m'a même pas fait mal et est restée simplement accrochée à ma peau par ses chélicères.

Par contre, une autre Araneidae, venue du sud, l'Argiope (Argiope bruennichi Scopoli) est souvent manipulée par les guides nature voulant démontrer à leur public que les araignées ne mordent pas. Placide, elle se laisse transporter sur la paume de la main mais attention si elle devait se sentir menacée ! La démonstration serait alors contraire au but premier. A nouveau la morsure serait sans autre conséquence qu'une douleur momentanée.

En Belgique, il n'y a donc généralement aucun danger de morsure grave avec nos espèces indigènes. Je ne parle bien évidemment pas des NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie) dont font partie certaines araignées tropicales parfois très agressives.

Dans la mesure où il faut normalement être au moins deux fois mis en contact avec un allergène, les réactions allergiques aux morsures d'araignée sont exceptionnelles. Ce qui n'est pas le cas des piqûres de guêpes qui envoient, elles, chaque année, des centaines de personnes à l'hôpital dont certaines, malheureusement, ne sortiront jamais par la grande porte.

Je viens d'utiliser le mot généralement pour les morsures graves car une espèce peut en infliger une aux conséquences un peu plus importantes que les autres. Je profite de ce paragraphe pour m'excuser auprès des espèces qui pourraient mordre mais que j'ai oublié de citer. Elles n'arrivent de toutes façons pas à la cheville (et elle en aurait eu huit si elle avait été affublée de pieds!) de la Ségestre florentine (Segestria florentina Rossi, famille des Segestriidae).

Ségestre n'est pas très commune chez nous. Elle est plus fréquente dans le sud de la France. Elle se tapit au fond d'un trou de mur et est alertée de la présence d'une proie grâce à un réseau de fils radicants. Nocturne, elle est très discrète mais malheur à celui qui essaierait nuitamment de mettre son doigt à l'entrée de son repère. Le prenant pour une proie, Ségestre risquerait bien de planter ses chélicères dans l'extrémité digitale de l'imprudent et lui injecter un peu de venin. La morsure serait très douloureuse mais surtout, sa guérison poserait problèmes à cause des agents nécrosants que le poison contient.

DSCN2706_800x600

Vendée (France) 18 juillet 2006

Voilà pour la Belgique. Pas de grands dangers, vous en conviendrez.

Pour ce qui est de l'Europe, principalement méditerranéenne, quelques espèces sont considérées comme pouvant poser problème. Aucune n'est à priori mortelle sauf sensibilité particulière de la victime.

Il y a Ségestria florentina dont je viens de parler.

Ensuite, je citerai Cteniza sauvagesi Rossi qui, à l'instar de nos Atypus, vit sous terre. Les rencontres fortuites de cette mygale avec l'homme sont tellement exceptionnelles qu'aucun cas d'aranéisme ne lui est imputé.

Le genre Loxosceles est composé d'araignées très venimeuses dont une espèce est redoutée en Amérique du nord, mais nous y reviendrons. Elles sont responsables, en sud-Europe d'un certain nombre d'accidents. A nouveau, c'est le pouvoir nécrosant du venin qui pose problème.

Latrodectus mactans tredecimguttatus Rossi , qui fait partie des veuves noires ou malmignattes, n'est pas aussi venimeuse que sa cousine tropicale mais est responsable d'une envenimation neurotoxique grave que l'on nomme latrodectisme. En gros, outre que cela fait très mal dans tout le corps, les muscles se contractent. Suit un sentiment aigu d'anxiété morbide pouvant donner des troubles psychiques graves. Perte de poids, fatigue intense et éruptions cutanées diverses complètent le tableau.

Il est établi que le venin que cette araignée peut injecter à sa victime est plus puissant que celui du cobra. Heureusement, c'est la quantité inoculée qui fait la différence...

Détendons-nous un peu après tout ça !

Musique !

Saviez-vous que la célèbre tarentelle, danse italienne effrénée, était sensée guérir les personnes mordues par une des grosses lycoses ou araignées-loups présentes dans le sud que l'on nomme là-bas indistinctement Tarentules ? Il s'agit souvent de Lycosa narbonensis Walckenaer, la plus courante, si je puis dire pour une araignée qui course ses proies, ou de Lycosa tarentula Linne, une autre espèce proche comme les dizaines d'autres que l'on pourrait citer ici. Leur morsure est douloureuse sans être particulièrement dangereuse, contrairement à la croyance populaire qui les accuse de plonger leur victime dans une torpeur mortelle que seule la tarentelle peut vaincre par ses mouvements endiablés.

tata rentule

Bon, pas de quoi fouetter un chat ! Même noir !

Sur les quarante à cinquante mille espèces d'araignées décrites à ce jour, seule une dizaine s'avère dangereuse et potentiellement mortelle pour l'homme.

Je ne vais pas commencer ici à les énumérer mais, histoire de, quand même vous faire un peu froid dans le dos, vous parler brièvement de deux d'entre elles.

Je vous ai dit que j'allais vous reparler du genre Loxosceles.

Une araignée même pas très grosse (de la taille d'une de nos tégénaires) fait trembler la vaillante Amérique du nord : The brown recluse - la recluse brune - Loxoceles reclusa Gertsch & Mulaik parce qu'elle vit en milieu humanisé et qu'il ne faut pas la chatouiller sous peine de se retrouver avec une blessure se nécrosant dramatiquement et prenant des semaines voire des mois à guérir, souvent suite à une intervention chirurgicale réparatrice. Les amateurs de sensations fortes peuvent aller faire un tour sur You Tube et faire une recherche sur « brown recluse + bite »...

Souvent considérée comme l'araignée la plus dangereuse du monde, Atrax robustus Frederick Octavius Pickard-Cambridge, une mygale d'Australie qui y est nommée funnelweb spider, est excessivement agressive. Ce qui n'arrange rien, c'est qu'elle aime, elle aussi, l'environnement humain et se promène volontiers dans le jardin, voire dans le salon des sujets de sa Majesté. Le poison qu'elle injecte est un neurotoxique extrêmement puissant. Fort heureusement, un sérum efficace a été créé en 1988, date du dernier accident mortel relevé.

Pour relativiser encore, je me dois de signaler que seules treize victimes ont été officiellement imputées à Atrax en quasi un siècle, depuis le début des statistiques médicales en Australie jusqu'à l'existence du sérum.

Mais, tout de même... Imaginez-vous une charmante bestiole d'une dizaine de centimètres, pattes comprises, munie de crochets de la taille des griffes d'un chat. Et agressive, avec ça ! Pensez ensuite que ses chélicères sont suffisamment puissantes que pour percer l'ongle du doigt de l'imprudent qui s'en serait approché malgré sa mise en garde. En effet, Atrax se dresse sur ses pattes postérieures tout en montrant ses crochets et en agitant ses deux pattes antérieures et ses pédipalpes. Message clair mais pas toujours compris pas les humains que nous sommes, surtout en bas âge...

James se réveilla en sursaut. Son cœur battait à tout rompre dans la nuit calme. Sur son épaule reposait doucement la tête de Keïko. Il passa avec précautions sa main dans ses cheveux de jais qui exhalaient un doux parfum de lotus. A cette caresse, elle soupira doucement et repris sa paisible respiration en se blottissant un peu plus contre lui.

Quel stupide cauchemar se dit-il en se rendormant alors même qu'un taïpan[1] pénétrait sous leurs draps...

Merci à Robert Kekenbosch, collaborateur à l'IRScNB et membre de la Société Arachnologique de Belgique pour avoir été le correcteur scientifique de cet article.

Sources :

http://hobospider.org/

http://safari.zog.org/trechterspinnen.cfm

http://www.arabel.ugent.be/

http://biodiversite.wallonie.be/

http://www.poisoncentre.be/article.php?id_article=19

http://www.oregon.gov/ODA/PLANT/ippm_spider.shtml

http://norbert.verneau.free.fr/danger.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tarentelle

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tarentule

http://en.wikipedia.org/wiki/Sydney_funnel-web_spider

http://fr.wikipedia.org/wiki/Oxyuranus_scutellatus

Guide des Araignées et des Opilions d'Europe, Dick Jones, Delachaux et Niestlé, 1990



[1] Le taïpan (Oxyuranus sp.) est un serpent australien considéré comme étant le plus venimeux de tous les serpents connus. Ses glandes à venin contiennent un poison à la fois neurotoxique et hémolytique vingt-cinq fois plus puissant que celui du cobra. 90% des cas de morsure sont mortelles chez l'homme si elles ne sont pas rapidement traitées par sérum anti-venin.

18:17 Publié dans Araignées | Commentaires (12)

Commentaires

bonjour elle me donne encore la chair de poule, j'ai pas envie de partager avec elle la moindre partie de mon territoire;
bon week-end à toi
bisous de nous deux
DUKE and ATG

Écrit par : DUKE and ATG | 15/05/2010

Répondre à ce commentaire

Belles bêtes mon Général et quelle encyclo.
Quoi qu'il en soit, une araignée reste toujours (pour beaucoup) une bébête qu'on préfère ne pas voir (gentille ou pas). Excellent w-e à toi.

Écrit par : Marcel et Linda | 15/05/2010

Répondre à ce commentaire

merci pour cet article instructeur malheureusement les phobies résistent à toute raison !

Écrit par : digitale | 15/05/2010

Répondre à ce commentaire

!! Ben moi je dis merci !!
merci pour cet article fort documenté qui réhabilite nos pensionnaires du jardin et de la maison !! merci à toi !!:)

Écrit par : didier | 15/05/2010

Répondre à ce commentaire

Excellent article sur les araignées!
Nous naissons presque tous avec cette phobie.
Mais avec la raison et en apprenant à les
connaître on peut vaincre cette phobie.
Malgré tout je n'aimerais pas trop voir Atrax
Robustus se promener sur moi.
Bon dimanche,Pierre.

Écrit par : Pierre | 15/05/2010

Répondre à ce commentaire

et en plus elles sont utiles... Excellent Renaud !
De plus, sans elles, la vie sur terre serait impossible, nous serions envahis d'insectes désagréables... Répétons... rien de dangereux chez nous... Ouf !!
Richard

Écrit par : richardunord | 26/05/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour!Merci pour toutes ces infos,EXCELLENT,en souhaitant que cela m'apporte un plus a ma phobie des 8 pattes.Très bonne continuation a tous.cordialement !

Écrit par : pasini | 26/02/2012

Répondre à ce commentaire

Moi, perso', cet article me fait encore plus frissonner face au arraignées que avant.. :/

Écrit par : Inès | 07/10/2012

Répondre à ce commentaire

Brrrr, je deteste ces petites bestioles, mais bravo tout de meme pour ce magnifique article qui m'a appris plein de choses sur mon ennemies! 

Écrit par : Inès | 07/10/2012

Répondre à ce commentaire

Brrrr, je deteste ces petites bestioles, mais bravo tout de meme pour ce magnifique article qui m'a appris plein de choses sur mon ennemies! 

Écrit par : Inès | 07/10/2012

Répondre à ce commentaire

"une charmante bestiole d'une dizaine de centimètres, pattes comprises, munie de crochets de la taille des griffes d'un chat. Et agressive, avec ça ! Pensez ensuite que ses chélicères sont suffisamment puissantes que pour percer l'ongle du doigt "

Bonjour,

J'ai le sentiment que vous ne vous rendez pas compte de ce qu'il faut comme énergie et comme puissance pour percer l'ongle d'un homme.

" une dizaine de centimètres, pattes comprises"
Ca ne fait pas bien lourd ça, 10cm de diamètre avec les pattes, ça nous fait un corps de 25-30mm, et disons de 25 grammes, allez, je vais être sympa, disons carrément 50 grs !

"Munie de crochets de la taille des griffes d'un chat"

Bien, la question maintenant, est quelle est la force, le poids a apposer sur 2 chélicères de la taille des griffes d'un chat pour percer l'ongle d'un homme ?

50 grs ? Soyons sérieux.

Même si elle pesait 20 fois plus, 1 kilo ne lui permettrait pas de réaliser cette exploit.

Les chélicères n'ont pas d'antagonistes (comme une mâchoire par exemple, qui elles peuvent envoyer plusieurs kilos de pressions, même petites)

Ce n'est pas parce qu’une personne l'a écrit dans wikipedia (sans sourcer ni donner aucune référence) que c'est vrai, tout comme BFM TV...

Écrit par : ERic | 04/10/2014

Répondre à ce commentaire

ERic,
Pour votre information, sachez que je recoupe les miennes.
Si j'ai écrit cela, ce n'est pas parce que j'ai bêtement recopié Wikipedia mais bien parce que cette information m'a été donnée par un éminent aranéologue, qui a été membre, tout comme moi, de la société aranéologique de Belgiqe, ARABEL asbl. Cette information est également diffusée par la très éminente National geographic society http://education.nationalgeographic.com/education/media/funnel-web-fangs/?ar_a=1
Avant d'attaquer, un peu à l'instar d'Atrax robustus, je vous suggère de vous rappeler que les araignées font partie de la classe des Arthropodes et que ces derniers ont une efficacité musculaire bien plus grande que celle des vertébrés. Une fourmi peut ainsi porter des dizaines de fois son propre poids. Le fait qu'une A. robustus prise, fatale erreur, en main, puisse percer un ongle, à fortiori celui d'un enfant, ne m'étonne donc pas du tout d'autant que la kératine n'est, en définitive pas tellement résistante à la compression mais je n'irai pas faire l'essai pour vous faire plaisir.
Une autre source peut-être?: http://www.spiderzrule.com/spider3.htm
ou bien encore http://animaldiversity.ummz.umich.edu/accounts/Atrax_robustus/ qui cite Atkinson, R. 1981. Naturally Occurring Inhibitors of the Venom of Funnel-web Spiders. Australian Journal, Vol. 22 comme source?
Dans "Funnel web spiders" de Eric Ethan publié en 2004 aux éditions Gareth Stevens publishing, on peut lire également cette information.

Alors en tant que personne qui ne recoupe soit-disant pas ses sources, je suis bien obligé de constater que vous feriez bien d'en consulter vous-même avant que d'écrire de tels commentaires sur base de vagues supputations.

Écrit par : RenaudGN | 05/10/2014

Les commentaires sont fermés.